mercredi 7 décembre 2011

Suite de texte

Vous connaissez le conte intitulé "La clé d'or" des frères Grimm ? Les élèves de 6ème D, eux, ne connaissaient que le début du récit et voici la suite qu'ils ont imaginée.

A la saison d'hiver, un jour que la neige était épaisse, un pauvre gars dut sortir et rapporter du bois sur un traîneau. Quand il l'eut ramassé et chargé, il ne voulut pas, parce qu'il était transi de froid, rentrer tout de suite à la maison, mais d'abord allumer un feu pour se chauffer un peu. Il écarta la neige et comme il remuait ainsi la terre, il trouva une petite clé d'or. Il crut alors que là où était la clé, la serrure devait y être aussi, il fouilla la terre et trouva un coffret de fer. « Si la clé seulement convenait ! pensait-il, il y a sûrement des choses précieuses dans le coffret. » Il chercha, mais il n'y avait pas de trou de serrure.
Il s'énerva et jeta le coffret par terre. Soudain, le coffret s'illumina et s'ouvrit comme par enchantement. L'homme ferma les yeux et les rouvrit. Une belle jeune femme était là, devant lui, elle était belle et vêtue d'une longue robe bleu lagon.
Elle le prit par la main et l'emmena au fin fond du bois. Ils arrivèrent devant un étang, au-dessus duquel flottait une centaine de clés d'or comme celle qu'il avait trouvée et mise dans sa poche. La jeune femme lui dit :
- Je me nomme Maeve et je suis la nymphe ce cet étang, lui dit-elle ; il y a cent ans de cela, un elfe m'a emprisonnée dans ce coffret et créé cent clés d'or identiques, et l'une d'entre elle peut ouvrir une grotte secrète située sous cette souche d'arbre.
Elle pointa du doigt une énorme souche d'arbre dans laquelle se dessinait une vieille porte de bois.
- Et comment pouvons-nous savoir quelle clef utiliser pour ouvrir la grotte ? Demanda-t-il.
- Il faut les essayer une par une, c'est la seule et unique solution, répondit la nymphe. Le premier à ouvrir la porte de la grotte aura droit au souhait son choix.
Prenant son courage à deux mains, il lui fallut trois jours pour toutes les essayer mais lorsqu'il arriva à la centième clef, la porte s'ouvrit. Un grand coup de vent le projeta à l'intérieur et la porte claqua derrière lui.
Deux chemins se tracèrent : l'un allait vers un gros tas d'or, et si on empruntait l'autre, on avait droit à un souhait. L'homme choisit le chemin qui allait vers le souhait et il prononça ces mots:
- Je souhaite épouser la nymphe de l'étang.
A ces mots, une très forte lumière brilla ; aveuglé, il ferma les yeux et quand la lumière cessa de briller, il se retrouva devant l'étang. Plein d'animaux et d'êtres magiques étaient là. Ce dernier avait de beaux habits et Maeve était en magnifique robe blanche et portait un grand voile blanc. Il venait de comprendre : son souhait s'était exaucé et il était en train d'épouser la nymphe comme il l'avait souhaité.
Après leur mariage, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.

Adèle De La Fuente